novembre 2015

Corps / Paysage

[En cours]

Corps sensible. Corps sauvage. Corps paysage. Le corps mouvant, dessine dans l’air des motifs, il sculpte des paysages imaginaires. Un jeu de correspondances entre corps mêlés compose les motifs d’une danse organique. Il esquisse la cartographie de ces variations invisibles. Chutes d’eau verticales, spirales de vent soulevant la terre, montagnes ciselées dans le ciel, forêts humides, brumes éphémères, lumière brûlante...

Corps Payasage

Partager

janvier 2015

Gestes Variables

[En cours]

Gestes Variables est un dispositif de machines à dessiner et à danser. Il nous invite à mettre en jeu notre corps entier pour réactiver le lien entre le mouvement et le tracé qu’il produit.

Cette forme archaïque de transcription graphique du mouvement restitue l’ancrage du geste, nous force à laisser trace. Elle permet de revenir aux sources primitives du traçage, à la forme, au difforme.

Dans une esthétique improbable qui assume l’imperfection, nous appelons les nouvelles générations à se remémorer les gestes simples, primaires et essentiels qui forment les empreintes vibrantes de notre histoire.

Gestes Variables
Concept : Maïte Álvarez, Marisol Godard Lopera
Machines à dessiner : Marisol Godard Lopera
Recherches : Le CINQ — Centquatre Paris

Partager

mai 2014

Paraboles Chorégraphiques #1

Frac Nord-Pas de Calais
Exposition — du 16 avril au 4 mai

Paraboles Chorégraphiques
Paraboles Chorégraphiques

Questionner le corps à travers la matière, l’espace scénique à travers l’espace graphique, le temps à travers l’intemporalité du signe inscrit sur la feuille, tels sont les enjeux de cette exposition qui interroge les potentialités de notations de la danse en proposant des systèmes d’écriture graphique du mouvement, à la fois objets ludiques et créatifs.

Partager

décembre 2013

TERRE

Le Choc et l’Aura
[En cours]

Commotions, tensions, frissons, le flamenco glisse constamment sur des vagues d’émotions, qui se brisent et s’échouent à la Terre, attirées dans son champ magnétique.

Alors chaque geste, chaque son, chaque vibration a un sens, naissant de la terre et mourant à la terre. Sur motif de cycle, cercle, spirale ou ellipse, le danseur dessine dans l’espace une cartographie universelle, où les corps gravitent et s’entrechoquent dans un mouvement d’inertie artistique.

Graphie de contrastes, couleurs, formes et matières, l’art flamenco engage la Terre qui capte et traduit deux forces simultanément opposées, le choc du coup porté au sol duquel se dégage l’aura évanescente de sa vibration.

terre_le_choc_et_l_aura

50 croquis préparatoires — 10,5 x 14,8 cm — Feutre, encre et crayon — Séville, 2013

Partager