Atlas de nuit

Édition — 17 x 25 cm — Impression numérique — Textes et images : Maïte Álvarez — Bruxelles 2018

Remonter aux origines de la chorégraphie pour y voir une forme de cosmogonie du monde. Mettre à distance la choré de la graphie, pour comprendre ce qui les met en tension. Pour saisir la nature de l’espace entre. Cet espace n’est pas un fossé, mais un écart actif, un espace-substance, comme l’espace entre les corps qui dansent. Comme l’espace de la pensée, comme l’espace négatif entre et derrière ce texte. Comme l’espace au-delà de ce livre. L’espace entre danse et écriture est atmosphérique, il est plein d’invisible, de potentialité permanente, il est infini et élastique.
Il écrit les nuits du monde.

Stella

Performance — 25 min — 2018 — Concept & création : Maïte Álvarez — Avec : Maïte Álvarez, Marion Gassin, Victor Guezennec

À la recherche des formes archaïques, des premiers gestes et langages, c’est notre aptitude à créer des mondes de pensée qui est questionnée ici. Des fragments de mémoires émergent à la lecture d’un temps et d’un espace suspendus, entre, où l’écriture devient synesthésique.

Être Ciel

Installation Performance — 30 min — 2018 — Concept : Maïte Álvarez — Chorégraphie : Maïte Álvarez, Marion Gassin — Avec : Elena Carvajal, Estelle Czernichowski, Camille Dejean, Sophie Farza, Eva Joncquel, Juliette Otter — Programmeur : Julien Cheyrezy

Il y a environ trois cent millions d’années, vivaient les derniers ancêtres communs aux oiseaux et aux êtres humains. C’est l’époque où les terres s’assemblent en un unique continent géant, la Pangée,
entourée d’un unique océan géant, Panthalassa. […]

Nos ancêtres s’étaient longtemps réfugiés durant les âges glaciaires, pendant que l’hémisphère nord était plongé toute l’année dans l’hiver. Quand lentement, de génération en génération, voyageaient les forêts boréales, disparaissant dans les régions gagnées par la glace.

  • DAN'DE_04
  • DAN'DE_03
  • DAN'DE_02
  • DAN'DE_01
Dan’dé

Édition originale — 50 ex. numérotés et signés — 24 x 33 cm — 20 affiches pliées et reliées — Impression numérique — Textes et images : Imen, Ayoub, Yasar, Lou, Christelle, Jamila, Anas, Abdelkader, Jodie, Maéva, Zina, Anouar, Brayan, Soulayman, Angéla, Guilherme, Hajar, Dalila, Marie Addi, Maïte Alvarez — Strasbourg/Paris 2013-2016

Dan’dé est un dictionnaire chorégraphique ludique qui représente, par l’intermédiaire de l’écriture et du dessin, les figures d’une danse imaginaire. Plus qu’un simple livre, c’est un objet à composition qui se manipule. Sa reliure se démonte, ses pages se déplient et ses signes se déploient dans l’espace, pour nous inviter à expérimenter chaque figure et recomposer d’infinies partitions chorégraphiques. Né d’un processus d’expérimentation autour de la retranscription graphique du mouvement, ce projet a été mené avec 18 élèves de CM1 dans le cadre du Centre de Formation des Plasticiens Intervenants (HEAR).

com­man­der un exem­plaire

Noter la danse, danser la notation

Document de recherche — 13,5 x 21 cm — 44 pages — Impression numérique — Strasbourg, 2013

Comment la notation chorégraphique engage-t-elle à la création ? Telle est la problématique posée dans ce document qui, par une analyse de l’œuvre de plusieurs artistes plasticiens et chorégraphes, cherche à révéler comment cette écriture du mouvement devient un réel processus de création. « [La notation] bouleverse, redéfinit, provoque la danse par la dimension plastique qu’elle engendre : la forme questionne l’espace, l’outil graphique questionne le geste, les procédés numériques questionnent la composition. Elle devient alors une nouvelle matière à danser. »

  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
  • PARABOLES
Paraboles

Jeu de cartes — 8 x 13 cm — 32 cartes, 1 affiche, 1 manuel — Impression numérique, argentique & sérigraphie — Strasbourg, 2012

Paraboles est un jeu de cartes graphique et chorégraphique expérimental composé de trente symboles. Il est divisé en trois familles, matière, espace et temps que le mouvement lie intrinsèquement et simultanément entre elles. Fondé sur le principe d’une écriture visuelle symbolique, il stimule la création chorégraphique en recherchant la qualité vibratoire et sensible du mouvement. En ce sens, chaque signe a été conçu de manière à véhiculer intuitivement l’empreinte des nuances gestuelles qu’il évoque, offrant ainsi au danseur une grande liberté d’imagination et d’improvisation.

Paraboles

Performance — 10 min — 2017 — Concept, création & performance : Maïte Álvarez — Collaboration & performance pour les éditions précédentes : Amandine Chauvidan, Sarah Grandjean, Elena Carvajal

Objet à double format de publication ; jeu de cartes et performance,
Paraboles, explore la potentialité d’un système d’écriture chorégraphique
à travers la mise en lecture d’un corps par les cartes et des cartes par le corps.
Chorégraphier c’est inscrire la matière, dans le temps, à travers l’espace.
Les cartes, fondées sur une écriture chorégraphique vibratoire, se déploient, se déplient, s’élaborent comme stratagèmes à danser. Elles sont nos partitions.
Entrer dans la lecture d’une image c’est ouvrir un espace, parfois mental, parfois sensible, un espace entre. Entre soi et les cartes, entre soi et l’autre. C’est construire une relation à l’autre.

 /